Publication : Diversitas

Mémoire et démocratie en Occident. Concurrence des mémoires ou concurrence victimaire

Mémoire et démocratie en Occident. Concurrence des mémoires ou concurrence victimaire

Jacques Beauchemin (dir.)
Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, Collection Diversitas, 2011

La société moderne a longtemps entretenu un rapport plus serein au passé qu’à l’avenir. Le récit du passé qui s’accumule dans les livres n’est-il pas cette chose inerte destinée à éclairer le présent ? Pourtant, litiges et controverses quant aux « vérités » que l’histoire prétend fonder ébranlent les certitudes.

L’une des conséquences de l’impuissance de l’histoire à asseoir ce qui serait une certaine vérité du passé, c’est d’attirer à elle ceux qui voudraient s’y inscrire rétroactivement en invoquant les injustices mémorielles dont ils auraient été victimes. Si l’histoire s’ouvre ainsi à tout venant, c’est que la société elle-même n’est plus certaine de son identité non plus que du parcours qui l’a conduite jusqu’à elle-même. Dans les sociétés contemporaines où s’achève cet éclatement de la référence collective, on observe ainsi l’encombrement des acteurs se précipitant au coeur de l’histoire espérant y inscrire la mémoire de leur propre parcours.

Contenu

  • Jacques Beauchemin : Introduction. Le rapport à l’histoire dans la société des identités. La dette mémorielle comme enjeu
  • Christian Rioux : Mémoire et histoire. Guerre à finir ou coexistence pacifique ?
  • Yvan Lamonde : La mémoire cicatrise-t-elle ?
  • Éric Bédard : Recours aux sources. Mes Aïeux et le Québec post-référendaire
  • Régine Robin : La réécriture du roman national est-elle possible en France ?
  • Paul May : Concurrence des mémoires et crise du récit national. Le cas des représentants de l’islam anglais
  • Peter Brown : Mémoire de passés, mémoire d’avenirs. Que se cache-t-il derrière le mot « pardon » ?
  • Magdalena Dembinska : Héros pour les uns, bourreau pour les autres. De la méfiance stéréotypée à la confiance.

Voir en ligne : Site de l’éditeur