Publication : Autres catégories

Legitimità à l’intoppu

Alain-G. Gagnon
Ajaccio, Les éditions Albiana, 2023.

Description

Quandu ghjente, minuranze, sezzione impurtante di cumunutà pulitiche ùn ricunnoscenu più, à un regime puliticu datu, a legitimità di fà à nome soiu, a stabilità pulitica ùn pò esse mantenuta chè da misure cuercitive. À parte si d’issu mumentu, un regime pò esse mantenutu, ma a duminazione diventa pudenza, un prucedimentu di desintegrazione sucetale s’inizia è a cuesione necessaria à a riescita d’un Statu cumencia à sfiluccicà si.

Dinù custì, per cità à Habermas, « in a misura chì u Statu assume a guaranzia di parà a desintegrazione suciale da u mezu di decisione cunstringhjente, l’eserciziu di u pudere di u Statu tandu hè misuratu à a dimensione d’issa guaranzia; deve esse ricunnisciutu cumu legitimu s’ellu deve durà » (1991: 180).

A legitimità d’un regime puliticu deve andà assai più inlà chè l’esistenza è u cuntrollu di l’istituzione rapresentative, benchì quesse sianu fundamentale per assicurà a so stabilità pulitica. Quantunque, secondu u principiu di u custituziunalisimu, un certu numeru di cundizione devenu esse riempiute. Cunsidereghju sempre ch’elle sò capitale in qualunque rilazione durevule trà partenarii custituziunali, ste quattru cundizione quì: a cuntinuità storica, l’accunsentu puliticu, l’ospitalità è a reciprucità. Aghju ragiunatu à bastanza longu d’isse quattru cundizione in Al dilà di a nazione unificatrice : argumenti pè u federalisimu multinaziunale è in L’Età di l’incertezze – i dui  primi libri chì cumponenu stu tritticu.

***

Quand les gens, les minorités, de larges sections de communautés politiques ne reconnaissent plus à un régime politique donné la légitimité d’agir en leur nom, la stabilité politique ne peut plus être maintenue que par des mesures coercitives. A partir de ce moment, un régime peut se maintenir mais la domination devient puissance et un processus de désintégration sociétale débute, tandis que la cohésion nécessaire à la réussite de l’État commence à se délabrer.

Ainsi, pour citer Habermas, « dans la mesure où l’État assume la garantie d’empêcher la désintégration sociale par l’application de décisions contraignantes, l’exercice du pouvoir de l’État est alors mesuré à l’aune de cette garantie ; il doit être reconnu comme légitime pour pouvoir durer » (1991 : 180).

La légitimité d’un régime politique doit aller bien plus loin que l’existence et le contrôle des instances représentatives, même si celles-ci sont fondamentales pour assurer leur stabilité politique. C’est pourquoi, selon le principe du constitutionnalisme, un certain nombre de conditions doivent être remplies. Je considère toujours que quatre conditions sont capitales dans toute relation durable entre partenaires constitutionnels : la continuité historique, le consentement politique, l’hospitalité et la réciprocité. J’ai beaucoup travaillé sur ces quatre conditions dans Al dilà di a nazione unificatrice : argumenti pè u federalisimu multinaziunale et dans L’Età di l’incertezze – les deux premiers livres qui composent ce triptyque.

Le présent ouvrage est dédié à une discussion qui veut favoriser l’instauration – dans le monde occidental, mais aussi en Orient- de modèles ouverts à la reconnaissance et à l’habilitation des nations dans des États plurinationaux. Ainsi il s’agit moins de mettre en œuvre un programme de recherche que de faire le point sur l’état de la pensée fédérale contemporaine en s’appuyant sur l’expérience canadienne, sur des expérimentations européennes, et aussi sur l’évolution des institutions internationales en lien avec l’affirmation du principe de souveraineté partagée ou de co-souveraineté.

Traduction réalisée par Jacques Thiers.

Pour commander l’ouvrage : Legitimità à l’intoppu